Accueil du site > Rien à voir > Foodcamp frustration et satisfaction

Foodcamp frustration et satisfaction

lundi 11 avril 2011, par veronique

Dimanche jour de foodcamp à Paris à la Bellevilloise, sur l’invitation express de Pascal Minguet. En photo avec son chéri Bruno. Ces deux-là il faut les avoir rencontrés pour sentir vibrer l’amour... ça fait plaisir à vouloir les tuer eux, les autres, (sauf un), de ne pas savoir vivre ça personnellement. Groumpf. Autre frustration dans ce foodcamp, le sentiment d’être dans un embouteillage : comprenez qu’on a toujours l’impression que la file d’à côté avance plus vite, qu’on a misé sur le mauvais chemin, cheval, allez savoir, bref qu’on s’est gouré.

Atelier nutrition du matin chagrin. Bof. Ben, oui mais ? bon. Bof. J’ai rien appris. Ne rien apprendre et je meurs. Et dans cette masse d’échange d’idées qui se téléscopent, il surgit une bribe un morceau, une pertinence qui traverse le brouhaha de sempiternelles redondances (les industriels nous mentent, il faut revenir à de vraies valeurs, l’internet nous ment, on veut des preuves et des gens certifiés (pas payés par les labos) qui nous donnent des vraies infos sur l’alimentation santé destinée aux gens déjà en bonne santé...). je vous la livre cette pertinence qui restera anonyme (ben oui le beau gars qui l’a prononcé n’avait qu’un prénom que j’ai oublié, mais c’était un beau jeune gars) : la technologie est au service du partage. C’est tout pour le matin.

Au déjeuner, de la débilfood

Mais je suis psychofrigorigide en matière de bouffe alors la tranche de camembert et son kiwi entre deux Petit Lu ça me laisse... sans faim devant l’infinitude platitude de mon assiette. Beaucoup de mots lyriques pour dire que c’était pas bon dans ma tête et mon palais. Heureusement Harley a relevé ma tomme de brebis au paprika avec son Chocoboise, comprenez de la confiture de framboise avec du chocolat noir. Texture parfaite, équilibre acide fruit/amer cacao au top. Bien fait. Ouf. Une belle découverte.

Papotage investigateur avec la dame de Papilles et Pupilles, heureuse de la rencontrer en vrai de pour de vrai ave de la chair et des os, des habits, des lunettes et de l’esprit. ben une vraie fille. Qui s’appelle Anne. (je t’envoie un mag). Dans un foodcamp on se tutoie.(sinon ça devient vite compliqué - dixit les gens). Pas parce qu’on est intime mais parce qu’on est superficiel. Avec le désir secret de tisser des amitiés sincères et durables ensuite. Comme je suis aussi vieille et psychofrigoconventionnelle, je garde le vouvoiement comme un trésor. J’ai donc tutoyé tout le monde. Avec le désir secret de bouffer bientôt chez Pascal et Bruno. /fin de boucle.

Répondre à cet article

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0